Le DTU 21 - Travaux de bâtiment

A savoir

Dans le cas de BCP, bétons à composition prescrite, sur étude le prescripteur doit indiquer dans le dossier initial :

- la résistance caractéristique à la compression à 28 jours de chaque béton, retenue pour le calcul de l’ouvrage, - le procès verbal d’essai initial pour les bétons à composition nouvelle (pour les BCPE seulement). L’essai initial est à réaliser dans les conditions définies à l’annexe A de la norme NF EN 206-1. Il permet de vérifier que le béton prévu est de nature à atteindre les performances requises dans l’ouvrage. Pour les BCP dans une “norme”, la justification de la résistance n’est pas à effectuer, les résistances caractéristiques à prendre en compte sont stipulées dans le paragraphe 4.5.3 du DTU 21, en fonction du dosage en ciment mis en œuvre.

Le DTU 21 (NF P 18-201)

Le Document Technique Unifiée 21 « Exécution des ouvrages en béton” a été publié en mars 2004, après révision et mise en conformité avec la norme NF EN 206-1 (il remplace la version précédente de mai 1993). Il s’applique aux ouvrages utilisant des bétons dont la résistance caractéristique à 28 jours est inférieure ou égale à 80 MPa (C80/95 de la norme NF EN 206-1). La nécessité de la mise à jour de ce DTU découle de l'évolution de la normalisation européenne.

 

Son rôle

  • Il définit les conditions d’exécution des ouvrages en béton ou béton armé, coulés en place ou préfabriqués sur le chantier ou en usine pour la construction de bâtiments.
  • Il fixe les contrôles techniques qui incombent à l’entreprise et ne concernent pas directement le producteur de béton.
  • Il stipule que le matériau béton utilisé doit être conforme à la norme NF EN 206-1 et à son annexe nationale, quelle que soit son origine ( livraison à partir d’une centrale de béton prêt à l’emploi ou fabrication sur chantier).

 

Nouveautés

Les nouveautés concernent

  • la modification des définitions des bétons et modification des définitions des catégories de chantier.
  • la procédure d'alerte définie par l'annexe normative A pour la présomption de respect des exigences de travaux. Elle permet de détecter au plus tôt une possible divergence de la résistance du béton par rapport aux exigences spécifiées par le marché de travaux. La procédure s'applique aussi bien au béton fabriqué sur chantier qu'au béton prêt à l'emploi. Elle impose de réaliser des essais à partir de 7 jours. En fonction des écarts entre la valeur de la résistance à 7 jours et la valeur attendue de la résistance du projet, diverses dispositions sont prévues pour analyser les causes et prendre le plus en amont possible les mesures de correctives.

 

Depuis le début de ces nouvelles dispositions normatives, le laboratoire ABC accompagne les entreprises de bâtiment dans la mise en conformité de leur activité et de leurs produits. Nos équipes réalisent tous vos contrôles et interprètent les résultats d’analyse très rapidement, pour une réactivité maximale.

 

Quelles sont les responsabilités de l’entrepreneur ? norme

Quel que soit le lieu de fabrication du béton, l’entrepreneur a la responsabilité, avant le début des travaux, de constituer un “dossier initial. Ce dossier précise pour chaque béton utilisé :

  • Le type de béton prévu
  • La catégorie du chantier (A, B ou C)
  • La classe d’exposition, telle que définie dans la norme NF

 

Les contrôles

Ils sont réalisés pour le compte des maîtres d’œuvre. Ces contrôles viennent en complément de ceux réalisés par le producteur et sont obligatoires

 

Il s’agit du contrôle de la résistance sur des BPS fournis par une centrale de BPE pour des chantiers de catégorie A, B ou C.

 

Pour chaque type de béton utilisé, il faut réaliser :

  • un contrôle au démarrage du chantier,
  • un contrôle par lot de 1000 m3 pour les bétons titulaires d’une certification NF*
  • un contrôle par lot de 500 m3 pour les autres bétons, avec, au minimum,
  • un contrôle par mois de travail continu.

 

Contrôles de résistance des BCP fournis par le BPE ou fabriqués sur chantier

Pour les chantiers de catégorie B ou C :

  • un contrôle sur chaque type de béton, par lot de 250 m3, pour les chantiers de catégorie B,
  • un contrôle sur chaque type de béton, par lot de 150 m3, pour les chantiers de catégorie C